Activités en plein air

Promenade au lac de Morat – visite de la vieille ville historique

Visitez la plate-forme de l'église française avec vue sur le lac, le Mont Vully avec ses vignobles et les collines du Jura. Plus loin, l'hôtel de ville et le château de Morat. Grimpez dans la tour qui offre une vue panoramique magnifique. Notez les belles fontaines dans les rues principales de la vieille ville. Et ne manquez pas la promenade jusqu'au mur d'enceinte avec vue sur les toits de la vieille ville et sur le côté opposé au «Bodenmünzi», où la bataille de Morat en 1476 a réécrit l'histoire européenne.

Plus d'informations

Les grottes des Roches Grises «La Lamberta» – un terrain de jeu naturel pour les enfants

Les grottes au-dessus de Môtier ont été creusées entre 1916 et 1917 pendant la Première Guerre mondiale pour défendre le Plateau suisse. Les galeries creusées dans la molasse atteignent la fière longueur de 200 mètres et sont désormais un terrain de jeu paradisiaque pour les enfants ; les petits explorateurs en visiteront tous les recoins ou joueront à cache-cache pendant des heures. Important : n'oubliez pas votre lampe de poche ! Il y a une belle aire de barbecue devant les grottes.

Plus d'informations

Pour les visiteurs intéressés par l'histoire, il est possible de se promener sur des sentiers historiques jusqu'au Mont Vully et d'explorer différentes bases de la Première Guerre mondiale. En septembre 1914, environ 16'000 miliciens ont construit les fortifications dans la région de Morat (Canal de la Thièle, Mont Vully et Morat–Laupen).

Plus d'informations

L'île Saint-Pierre sur le lac de Bienne

Sur une petite superficie, l'île Saint-Pierre présente un passé et un présent diversifiés : l'île était autrefois un site de peuplement préhistorique, un lieu de culte romain, un centre de pouvoir bourguignon, un prieuré au Moyen Âge, un lieu de refuge pour l'écrivain, philosophe et critique social genevois Jean-Jacques Rousseau – jusqu'à ce qu'elle devienne la destination de voyage romantique et relaxante d'aujourd'hui.

On peut y accéder depuis la petite ville historique et tout aussi intéressante d'Erlach, soit à pied le long de la Heideweg, en prenant la «Navette», un bateau-taxi qui passe près du restaurant du monastère, ou un bateau régulier de la Société de navigation du lac de Bienne.

Plus d'informations

Excursions

Aarberg – ville médiévale, fondée en 1220

Après l'incendie de la ville en 1477, Aarberg a été reconstruite. Entre les rangées de maisons, la place du marché a été créée. Les droits de marché ont été étendus au commerce du sel, du fer et du tissu, ce qui a permis à la ville de connaître un essor économique. En 1798, Aarberg fut occupé par les troupes françaises.

Plus d'informations


Avenches

À l'époque romaine, Aventicum était la ville la plus importante sur le sol suisse sur la route de transit de la vallée du Rhône via Augusta Raurica vers la Germanie. La ville médiévale est située sur une colline isolée à l'extrémité sud de la plaine de la Broye, dans les Midlands suisses, au sud-ouest du lac de Morat. Avec ses ruines romaines, le Musée Romain, la vieille ville historique et les événements culturels, Avenches a beaucoup à offrir.

D'importants vestiges de la ville romaine d'Aventicum ont également été préservés ou fouillés, restaurés et conservés. À la sortie de la vieille ville historique se trouve l'amphithéâtre le mieux conservé de Suisse, où se déroulent également des manifestations culturelles telles que des concerts en plein air. Au-dessus de l'entrée principale se trouve la tour fortifiée du XIe siècle, autrefois appelée Tour Bischof.

Au sud de l'ancien Aventicum se trouve le théâtre romain. D'autres vestiges importants tels le temple du Cigognier, le Capitole, les thermes et l'ancien mur d'enceinte romain. Du temple du Cigognier, il ne reste qu'une colonne d'environ 12 m de haut, sur laquelle les cigognes avaient l'habitude de nicher. C'est pourquoi le temple tire son nom du mot cigogne.

Plus d'informations


Bern

Capitale de la Suisse. Fondée en 1191, la ville des Zähringen, avec ses voutes caractéristiques, est partiellement conservée dans sa forme originale. Ville impériale libre depuis 1218, Berne a rejoint la Confédération suisse en 1353 et est devenue la plus grande ville-État au nord des Alpes au XVIe siècle. En 1983, la vieille ville de Berne a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Lieux d'intérêt : Le bâtiment du Parlement fédéral, la tour de l’Horloge, la tour des Prisons, la fosse aux ours, le centre Paul Klee, le musée d'art et bien plus encore. Grâce à ses arcades, Berne est également connue comme le «plus grand centre commercial du monde».

Plus d'informations


Biel/Bienne

Bienne est le centre le plus important de l'industrie horlogère suisse, devant Le Locle, Granges et La Chaux-de-Fonds. Elle est considérée comme la métropole horlogère du monde, notamment en raison du siège du Swatch Group et de l'usine de production Rolex. La Fédération de l'industrie horlogère suisse FH a également son siège dans cette ville.

Biel/Bienne est caractérisée par une ville nouvelle homogène, qui – surtout dans le quartier de la gare – a été construite à partir des années 1920 selon les règles du Bauhaus et du «Neues Bauen». Bienne possède également une vieille ville très bien conservée, avec une structure médiévale. Bienne est la deuxième plus grande ville bilingue de Suisse.

Plus d'informations


Estavayer-le-Lac

On pense qu'Estavayer a été fondé au 12ème siècle par l'évêque de Lausanne. Les débuts de la ville sont fortement liés à ceux de la famille noble des Stäffis (français : d'Estavayer). A partir de 1245, la ville appartient au duché de Savoie. C'était la résidence d'un Castlanien nommé par les Savoie. Les citoyens d'Estavayer-le-Lac ont bénéficié de certaines libertés en 1350. Le 27 octobre 1475, pendant les guerres de Bourgogne, la ville est conquise par les Confédérés. Par la suite, à partir de 1488, un Castlan fribourgeois a résidé au château de Chenaux. Vers 1600, de graves épidémies de peste ont décimé la population de la ville.

Estavayer-le-Lac possède une vieille ville médiévale avec un paysage urbain d'importance nationale. Le tracé irrégulier de la ville couvre une superficie d'environ 300 m sur 200 m. Les remparts de la ville datant du XIIIe siècle  sont encore en grande partie intacts. Elle est fortifiée par diverses tours et possède quatre portes, à partir du Château Chenaux, de la Porte du Camus, de la porte du monastère des Dominicains, de la Porte de la Thiolleyres et de la Porte de la Rochette.

Plus d'informations


Freiburg/Fribourg

Fribourg a été fondée en 1157 par le duc Berthold IV de Zähringen dans un endroit stratégiquement bien protégé sur un éperon rocheux au-dessus de la Sarine et a été dotée de généreuses libertés. Les Zähringers ont ainsi pu consolider et étendre leur position de pouvoir dans les plateaux suisses, dans la zone située entre l'Aar et la Sarine. En 1399 et 1429–1430, des procès hérétiques contre les Vaudois protestants ont eu lieu à Fribourg. Les accusés ont été torturés et ont dû porter des croix de tissu en disgrâce jaune sur la poitrine et le dos. Quatre femmes ont été emprisonnées à vie, un Vaudois a été condamné à mort sur le bûcher. La société Perroman, dont les membres étaient considérés comme des Vaudois, était une maison de commerce de laine, de fourrures, de quincaillerie et de verre qui connaissait un succès international. A partir de 1400, les autorités ont également fait de Fribourg le théâtre de plusieurs procès de sorcières.

Depuis 1481, Fribourg est membre de la Confédération suisse. Au XVIe siècle, Fribourg voit son territoire s'étendre encore, d'abord en 1536 avec Berne à la conquête de Vaud et en 1554 dans la division du comté de Gruyère.

Fribourg a pu préserver son vieux centre historique. Aujourd'hui, c'est l'un des plus grands centres médiévaux fermés d'Europe et il se trouve sur un spectaculaire affleurement rocheux, qui est entouré sur trois côtés par la rivière de la Sarine. Un bâtiment remarquable de la vieille ville de Fribourg est la cathédrale Saint-Nicolas. Elle a été construite en plusieurs étapes de 1283 à 1490 sur le site d'une église romane.

Plus d'informations


Grandson

Grandson peut se prévaloir d'une très longue histoire de colonisation. La première preuve de la présence de l'homme dans la municipalité est le menhir, qui était utilisé comme lieu de culte au Néolithique et qui a été redécouvert en 1895 par un fermier lors d'un travail aux champs. Cependant, les agglomérations sur pilotis le long des rives du lac de Neuchâtel sont beaucoup plus connues. Au total, on a trouvé les traces de sept établissements lacustres depuis le milieu du XIXe siècle, qui remontent à la fin du Néolithique et à l'âge du bronze. Suite aux corrections des eaux du Jura, les zones des habitations lacustres sont désormais drainées.

La petite ville historique de Grandson a conservé un paysage urbain médiéval pittoresque avec des ruelles tortueuses et des maisons bourgeoises et patriciennes datant du XVIIe au XVIIIe siècle. Le plan de la ville couvre une superficie d'environ 250 sur 150 m. Deux axes longitudinaux traversent la vieille ville sur la pente au-dessus du lac de Neuchâtel : la rue Basse (rue traversante) et la rue Haute. Le bâtiment le plus frappant est le château de Grandson, qui compte déjà 1050 habitants et qui se dresse sur un petit promontoire au-dessus de la rive du lac. C'est l'une des plus puissantes fortifications de Suisse. Le bâtiment actuel a été construit au XIIIe siècle en reconstruisant et en agrandissant le bâtiment précédent sous la direction d'Otto I von Grandson.

Plus d'informations


Neuchâtel/Neuenburg

La première mention écrite de Neuchâtel remonte à 1011, lorsque le roi bourguignon Rodolphe III. Novum Castellum (le nouveau château) en cadeau à sa femme Irmengarde (Irmingard). En 1530, Guillaume Farel (1489–1565), un réfugié religieux français envoyé de Berne avec une lettre de recommandation, apporte la Réforme à Neuchâtel. Au début, il ne pouvait prêcher que dans la petite chapelle de l'Hôpital. Mais bientôt, il attire tellement d'auditeurs qu'il est autorisé à prêcher dans l'église de la ville. En conséquence, les autels, les statues, les tableaux et les croix qui s'y trouvaient ont été détruits parce qu'ils étaient considérés comme des idoles. Seul le tombeau des comtes de Neuchâtel a survécu à cet iconoclasme. Peu de temps après, le conseil municipal s'est joint à la Réforme, mais la classe supérieure aristocratique est restée catholique jusqu'en 1707. De nombreux réfugiés religieux protestants français ont ensuite trouvé refuge dans la ville et ses environs et ont contribué à son développement ultérieur.

Les points de repère de la ville, visibles de loin, sont le château et la collégiale, qui abrite également le cénotaphe (tombeau des comtes de Neuchâtel). Le Centre Dürrenmatt expose des peintures et des dessins de l'écrivain et dramaturge suisse Friedrich Dürrenmatt. Le Musée d'Art et d'Histoire présente les trois automates mondialement connus des frères Jaquet-Droz.

Plus d'informations